Variole du singe: the symptoms and modes of transmission are present

Three months after the debut of the epidemic, the experts began to know more about the maladie, alors that 28,000 cases were confirmed.

Comment se transmet la variole du singe? And at-il des symptômes spécifiques à la flambée en cours? Après moreieurs mois d’épidémie, on commenced à en savoir plus, with a confirmation: les contaminations actuelles sont surtout liées à des rapports sexuales.

Three months after the debut of the epidemic, over 28,000 cases have been confirmed in the world and the first decades have already started. Dans ce contexte, il est essentiel de mieux connaître la maladie pour mieux la combattre.

Quel est le profile des malades?

La variole du singe est certes connue depuis plusieurs décennies dans une dizaine de pays africains. More l’épidémie actuelle presente de nombreuses particularités, dont la premiere est le profile des malades.

Il s’agit principalement d’hommes adultes et entertainant des rapports homosexuels, in contrast to what I observed in Afrique, où la maladie frappe notamment beaucoup d’enfants.

Ces dernières semaines, trois études, published in the main medical reviews of reference – the British Medical Journal (BMJ), Lancet et le New England Journal of Medicine (NEJM).

They confirm that the maladie touches essentiellement les hommes ayant des relations homosexuelles. Dans chaque étude, ils représentent presque la totalité des patients.

Comment se transmet la maladie?

The prevalence of the profile is not surprisingly car, largely documented by preliminary observations, which largely guided the préconisations des autorités sanitaires.

She conducted surtout à une autre question. Puisque le point commun des patients touche pour l’heure à leur activité sexualle, la maladie transmet-elle par cette dernière?

Le sujet est sensitive car certains spécialistes de santé publique craignent de stigmatiser les personnes homosexuelles en ciblant leurs rapports sexuales.

Mais les récentes études sont claires. “Notre travail appuie l’idee qu’a contact corporel pendant l’activité sexualle constitutes the dominant mechanism of transmission of the variole du singe” dans l’épidémie actuelle, résume l’étude du Lancet, réalisée dans plusieurs hôpitaux espagnols. This conclusion is based on the fact that the viral load is well plus elevée dans les cutaneous lesions des patients que dans leur appareil respirator.

The observation semble donc battre en brèche l’idee, advanced by certains chercheurs, that the transmission by voie aérienne jouerait également un rôle important dans les contaminations.

Cela ne signifie pas pour autant que la maladie transmet par le sperme. L’hypothèse n’est pas excludes more current searches sont loin de la prouver.

What are the symptoms?

The three studies also confirm that the current epidemic is distinguished by its symptoms.

Ils “diffèrent de ceux observés chez les populations affected par les précédentes épidémies” en Afrique, résument also l’étude du BMJ, dont les observations ont été faites au Royaume-Uni.

Certes, deux eléments centraux de la maladie retent largement présents: un accès de fièvre, parfois accompanied by douleurs musculaires, et des lésions sur le corps, who became ensuite en croûtes.

More details vary and the question is surely linked to the cell of the transmission car, which recent patients have, certain manifestations of physical appearance associated with contamination of a sexual rapport.

Dans chaque étude, les lésions sont souvent concentrées sur l’anus, le pénis et la bouche. À cela s’ajoutent des complications très peu observed jusqu’alors: une inflammation du rectum ou un oedème du pénis.

Qu’en est-il de la gravitaté de la maladie? Près de 40% des cas ont fait l’objet de complications, selon l’étude du Lancet, et un cinquième ont été hospitalisés selon celle du NEJM. Toutefois, chez ces derniers, “no serious complication n’a été recensée”, tempère ce dernier travail, évoquant des données “rassurantes”.

Qu’est-ce qu’on ignore encore?

Même si ces travaux permettent de mieux connaître la maladie, de nombreuses questions restent sans réponse. C’est notamment le cas de l’efficacité des vaccins. L’étude du Lancet While a non-négligeable part (18%) of the malades avaient received an anti-variole vaccine, it was thought to protect against singe variole.

Mais le délai entre la vaccination et la maladie, parfois de multiieurs décennies, peut expliquer cette moindre protection.

In short, rest à savoir if l’on court plus de risque quand on est atteint d’une autre maladie. Près de la moitié (40%) des patients étudiés dans le Lancet still infected with HIV. Mais il est impossible de savoir s’il ya un lien direct ou une simple correlation.

#Variole #singe #symptoms #modes #transmission #present

Add Comment