A psychedelic trait against depression?

Des chercheurs viennent de publier le más gran essai clinique never conduit pour évaluar l’effet de la psilocybine, une psychoactive substance présente naturellement dans les hallucinogenic mushrooms.

After années, scientists are aware of the therapeutic effect of psychédéliques, substances pourtant souvent prohibited. Toutefois, malgré cet intérêt renewed, les études de grande ampleur manquent encore. Mercredi, des chercheurs ont fait un pas important pour combler ce vide. Leurs travaux, publiés dans la revue scientifique NEJMConstituent le plus grand essai clinique never conduit pour évaluer l’effet de la psilocybine, une substance psychoactive présente naturellement dans les champignons hallucinogenic.

A single dose of 25 milligrams is allowed to reduce the symptoms of depression chez des people pour qui plusieurs traitements classiques avaient échoué, ont-ils montré. The chercheurs ont testé ici is a synthetic version of the psilocybine developed by the start-up Compass Pathway, ayant également financé ces essais. In total, 233 people dans 10 countries and ont participated (after avoir arrêté un éventuel traitement en cours), tout en suivant un accompagnement psychologique. Elles ont été réparties en trois groupes recevant au hasard 1 mg, 10 mg or 25 mg du traitement.

Les sessions, dans une pièce dédiée, lasting between six et huit heures durant lesquelles les participants n’étaient jamais laisses seuls. Certains ont décrit avoir été plongés dans “an état comparable to a rêve” Dont pourrait se souvenir, I explained to the press conference James Rucker, coauteur de l’étude. A participant needed the administration of a sedative during the session, due to anxiety. More secondary effects observed (maux de tête, nausea, anxiety…) are generally moderate and shoot up quickly.

“The preuve la plus solide jusqu’ici”

Three weeks later, the patients ayant received 25 mg demonstrated a significant improvement of leur état compared to lower doses, according to a reference measure for depression. A small amount of 30% d’entre eux étaient en rémission. «Il s’agit de la preuve la más solide jusqu’ici que d’autres essais más grans et plus longs évaluant des psychédéliques sont justifiés, et que la psilocybin pourrait (one day) fournir une alternative potentielle aux antidépresseurs prescribed after depuis des décennies»commented Andrew MacIntosh, professor in psychiatrie at the University of Edinburgh, non implicaqué dans l’étude.

Ces essais dits de phase 2 étaient destined to determine the dosage and confirm the existence of an appropriate effect. Des essais de phase 3, sur vantage de participants, doivent commencer cette année et s’étendre jusqu’en 2025. The start-up is dejà en lien avec l’Agence américaine des Médicaments (FDA) et d’autres régulateurs en Europe. More «nous n’en savons pas encore assez sur les effets secondaires potentiels, en particulier si certaines personnes pourraient voir une aggravation de leurs symptômes»to nuanced Anthony Cleare, professor of psychopharmacologie in London, who had not participated in the study.

Lors des essais, three participants ont presented a suicidal behavior parmi ceux ayant reçu 25 mg, contra aucun dans les other groups. Ces événements ont toutefois eu lieu plus de 28 jours après le traitement, a souligné Guy Goodwin, professor of psychiatry at Oxford and head of Compass Pathways. «Notre hypothèse est que cette différence est liée au hasard, (…) mais nous ne pourrons le savoir qu’en faisant davantage d’expériences»at-il déclaré.

«A fenêtre d’opportunité thérapeutique»

The question of l’effet dans la durée resté également en suspens, celui-ci s’étant estompé lors du suivi des participants trois mois plus tard. Des doses répétées pourraient être nécessaires. Deux doses seront testées lors des prochains essais, a précisé Guy Goodwin. The price of psilocybin involves a dopamine hausse (continued to regulate the humidity) and another neurotransmitter that favors brain plasticity, explained James Rucker. «When the beer is in a state of greater flexibility, it is clear that it is considered as a source of therapeutic opportunity, in the context of a medical treatment and a psychotherapy, but it allows changes. positifs chez les gens», at-il dit. Psilocybin favorise “advantage of communications between the regions of beer”to Nadav Liam Modlin, également coauteur de l’étude.

SEE ALSO – Face à l’anxiété d’un monde en crise, la formation de secouriste en santé mentale attire de plus en plus

Psilocybine – which is not addictive – is also studied for other pathologies: post-traumatic stress, anorexie, anxiety, addictions… In 2020, the State of Oregon voted in favor of its use psilocybine therapeutics. Des exemptions ont aussi par exemple été accordées au Canada. More tendencies than background are also coupled to the promotion of the pure and simple legalization of hallucinogenics, reported by Bertha Madras, professor of psychology at Harvard, in an editorial published by NEJM. des “magasins ou”clinics» psychédéliques pourraient alors proliferar, également pour les populations vulnérables», at-elle mis en garde. On estimate that 100 million people in the world suffer from depression résistante aux traitements.

#psychedelic #trait #depression

Add Comment